Alors que la maturité sexuelle d’un homme s’achève lors de l’adolescence (17 ans en moyenne), les spécialistes de la questions considèrent que les femmes elles, se découvrent bien plus tard (28 ans en moyenne). Tabou culturel, traumatisme historique ou simple facteur physique ? Le fait est que les mentalités changent à une vitesse fulgurante. Pourra-t-on bientôt décréter le tabou sur le sexe entièrement levé ?

Sexy

L’émancipation sexuelle des femmes bat son plein

Aujourd’hui, nombreux sont les indices qui prouvent que la sexualité n’est enfin plus un tabou. Le succès du film 50 nuances de gris, ainsi que de son deuxième chapitre, en est la preuve indéniable. Et les rayons de librairies dédiés aux romans érotiques qui ne font que de s’agrandir viennent renforcer cette conjoncture.

D’autre part, la vague actuelle du #MeToo, à travers laquelle de nombreuses femmes sortent de leur silence quant à des agressions sexuelles à leur encontre, prouve également que le dialogue sur la sexualité est bien plus ouvert qu’avant. On ne peut rester sans citer les affaires qui ont bouleversé le monde du cinéma américain à l’automne dernier concernant Woody Allen et Harvey Weinstein, deux célèbres cinéastes hollywoodiens, l’un accusé d’agression envers sa fille adoptive, l’autre envers de nombreuses actrices ayant collaboré ou non avec lui. Et ce, sans parler des dénonciations récentes à l’encontre des dirigeants de l’Union Nationale des Etudiants de France.

La vague LGBT : cause ou conséquence ?

Eh bien disons un peu des deux. Certes, la vague LGBT n’est pas arrivée par miracle, et il a fallu d’autres fondations à l’émancipation sexuelle des femmes pour que cette communauté prenne en puissance. Mais avec le recul actuel des choses, on se rend vite à l’évidence que l’intensification du mouvement a lui aussi joué un rôle important dans la levée générale du tabou sur le sexe.

Par exemple, les couples gays ont plus tendance à utiliser des jouets érotiques et rares sont les femmes lesbiennes à ne pas utiliser de gode ceinture. Ajoutez à cela l’essor des ventes en ligne, bien plus confortables que l’achat dans des sexshops de quartiers mal famés, et vous ne serez pas surpris d’apprendre que la vente de sextoys a littéralement explosé en ce début d’année 2018, à l’occasion des soldes de printemps coïncidant avec la fête de la Saint-Valentin

Simone Veil et les fondations de l’émancipation sexuelle des femmes

Mais les premiers fondements de l’émancipation sexuelle en France remontent encore un peu plus loin que ça. Impossible de parler d’émancipation sexuelle des femmes sans mentionner Simone Veil et son combat féministe avant-gardiste.

En effet, si les femmes peuvent aujourd’hui s’adonner à tous les plaisirs sans aucune crainte, c’est entre autres grâce aux lois Neuwrith et Veil qui autorisent respectivement la vente de contraceptifs et l’interruption volontaire de grossesse en France. Cette loi avait, à l’époque, largement été favorisée par le manifeste des 343, publié par Simone de Beauvoir en 1971, à travers lequel 343 personnalités féminines reconnues avouaient s’être fait avorter dans l’illégalité. Le phénomène actuel du #MeToo n’est d’ailleurs pas nous rappeler ce communiqué mythique de l’histoire des femmes.