La hernie discale, qu’elle soit lombaire ou cervicale, est l’entassement des vertèbres qui compriment le cartilage qui, à son tour, exerce une pression sur les nerfs spinaux, ce qui cause d’atroces douleurs. La douleur engendrée par la compression des nerfs est fulgurante. Elle est ressentie comme une décharge électrique, dure très longtemps et immobilise le malade jusqu’à plusieurs mois. La douleur peut être localisée au niveau des lombaires, des cervicaux ou même toucher les nerfs sciatiques, sachant que 85% des névralgies sciatiques résultent des hernies discales, la sciatique étant extrêmement invalidante si elle se développe et atteint les orteils. Très handicapante dans la vie quotidienne, la douleur prive le malade de certains mouvements tels que s’installer dans son véhicule, s’habiller, sortir du lit, faire les courses et soulever un poids. Souvent déclenchée par d’importants efforts physiques, comme dans le cadre d’un métier pénible tel que la maçonnerie, ou qui nécessite une position contraignante pour la colonne vertébrale tel que routier. Pour la hernie discale cervicale, la douleur est localisée dans le cou et peut descendre jusqu’au bras, on parle dans ce cas-là de névralgie cervico brachiale. En plus des facteurs physiques tels qu’un trop grand effort, une prédisposition génétique peut causer des hernies discales, le plus souvent sous la forme d’une faiblesse des structures de la colonne vertébrale.

Quelle est l’hygiène de vie à avoir pour ne pas ressentir de douleur quand on souffre d’une hernie discale ?

  • Évitez une surcharge pondérale qui risque de comprimer encore plus les vertèbres et d’exercer une pression supplémentaire sur le nerf, ce qui cause de grandes douleurs, même en faisant attention aux mouvements que l’on fait.
  • Pratiquer une activité physique dans le but de renforcer les muscles de la ceinture abdominale, pour soulager la colonne vertébrale, offrir un support supplémentaire et arranger la répartition du poids sur les muscles abdominaux, afin d’éviter qu’il soit uniquement supporté par la colonne vertébrale.
  • Pratiquer la natation permettra de favoriser l’étirement de la colonne vertébrale et minimiser le tassement des vertèbres, ce qui offre aux nerfs un plus grand espace entre deux vertèbres et évite leur pincement.
  • Évitez de soulever une charge supérieure à 5 kg en sollicitant votre dos. Soulever des poids peut aggraver le problème de compression des vertèbres et donc causer des douleurs.
  • Si vous souffrez d’une hernie discale, vous devez surveiller les mouvements que vous faîtes. Évitez les mouvements brusques, qui nécessitent une torsion de la colonne vertébrale, ou qui exigent de vous courber, comme ramasser quelque chose au sol.
  • Si vous souffrez d’une hernie discale cervicale, il est possible de suivre des séances de rééducation chez un kinésithérapeute pour régler le problème de la douleur, en redonnant au cou sa souplesse.
  • Il faut savoir qu’en plus de la surcharge pondérale qui exerce une pression sur les vertèbres, les femmes enceintes peuvent développer des hernies discales lombaires, à cause de la concentration du poids dans la région lombaire.

Que faire pour diagnostiquer une hernie discale ?

  • Si en faisant des mouvements anodins, tels que mettre vos chaussures ou sortir du lit, vous ressentez une douleur, discutez des signes physiques avec votre médecin pour avoir un diagnostic le plus tôt possible, afin de commencer à la traiter.
  • Un scanner (TDM) est effectué pour voir l’état des vertèbres, et détecter la moindre anomalie dans la disposition de celles-ci le long de la colonne vertébrale ainsi que les disques cartilagineux.
  • Si rien n’est détecté dans le scanner et que les symptômes persistent, voire s’aggravent (comme, par exemple, une fuite urinaire liée au pincement du nerf responsable de la fonction urinaire) une IRM est alors pratiquée pour confirmer la présence d’une hernie discale, qu’elle soit lombaire ou cervicale, ainsi que pour bien la localiser.

Comment gérer la douleur d’une hernie discale lors d’une crise ?

  • Une fois que la douleur est là, il est impossible de se déplacer pour consulter ou d’effectuer des mouvements censés soulager, des anti-inflammatoires ou des analgésiques sont donc injectés pour la soulager.
  • Se mettre en position horizontale sur une surface dure, telle qu’un matelas orthopédique, pour immobiliser les vertèbres concernées et éviter d’exécuter une pression verticale.
  • Une injection de corticoïdes par voie épidurale peut être effectuée pour soulager la douleur.
  • Des drogues anesthésiantes peuvent être utilisées, mais uniquement sous prescription médicale. Une élimination totale de la douleur est certes avantageuse, mais cela aggrave le problème de la hernie, dans la mesure où vous effectuerez des mouvements que vous n’êtes pas censé faire.
  • Évitez tout effort physique lorsque les premiers signes de douleur surviennent, pour éviter de l’aggraver.
  • Une ceinture abdominale rigide est efficace pour diminuer les mouvements, et donc la douleur s’il s’agit d’une hernie discale lombaire, en évitant l’entassement des vertèbres.
  • Dans les cas les plus extrêmes de douleur, ou si la hernie devient invalidante, une opération chirurgicale peut être pratiquée. Seules 5 à 10 % des hernies nécessitent une intervention chirurgicale.