huile essentielle

Les huiles essentielles ou les essences sont des mélanges complexes de substances volatiles et odorantes ou, comme le décrit la norme AFNOR, ce sont des produits obtenus à partir de matières premières végétales via des procédés bien précis. À température ambiante, elles sont retrouvées sous forme liquide. De plus, ces substances sont très volatiles et sont très concentrées et pures.

Il existe plusieurs procédés qui permettent d’obtenir les huiles essentielles des plantes. On cite notamment la distillation sèche, les procédés mécaniques par l’épicarpe des Citrus, l’effleurage, avec les gaz sous pression…etc.

On peut obtenir plusieurs formes d’huiles essentielles selon le procédé d’obtention mais aussi selon la nature du végétal et de ses composants. Il existe les huiles essentielles concrètes, absolues, résinoïdes…etc.

Les huiles essentielles ne sont retrouvées que chez les végétaux supérieurs (ou moins la quasi-totalité le sont) et leurs teneurs sont généralement assez faibles (souvent inférieures à 10ml/kg), ce qui explique que les huiles essentielles soient si chères et si rares. Pour leur utilisation, seule une ou quelques gouttes sont utilisées car elles sont très concentrées.

Quels sont les organes floraux où sont stockés les huiles essentielles ?

Les essences sont retrouvées dans quasiment toutes les plantes évoluées (les végétaux supérieurs). Néanmoins, chaque plante présente ses huiles essentielles dans un organe précis. Certaines plantes présentent des huiles essentielles dans plusieurs organes à la fois, mais les plus grandes teneurs et concentrations sont retrouvées au niveau d’un organe spécifique.

Voici les organes floraux dans lesquels les huiles essentielles peuvent être retrouvées :

  • Les fleurs : comme le bergamotier, la lavande, menthe ou encore le clou de girofle (ce dernier possède exceptionnellement une grande teneur en huiles essentielles : jusqu’à 150ml/kg).
  • Les feuilles : l’eucalyptus, la sauge…etc.
  • Les écorces : comme l’écorce du cannelier.
  • Le bois : comme le santal.
  • Les racines : tel que le vétiver.
  • Les rhizomes (qui sont des tiges souterraines, à ne pas confondre avec les racines. Elles sont remplies des réserves alimentaires chez quelques plantes vivaces) : le gingembre et le curcuma en sont un parfait exemple.
  • Les fruits : et on peut citer notamment l’anis et la badiane.
  • Les graines : comme la muscade.

Quels sont les lieux de sécrétion et de production des huiles essentielles dans une plante ?

Les huiles essentielles sont retrouvées dans des organes spécifiques pour une raison bien précise. Chaque organe possède des structures histologiques lui permettant de produire et de sécréter les essences des plantes.

Nous vous citons quelques-unes de ces structures :

  • Chez certains végétaux, il existe des cellules spécialisées dans la production et la sécrétion d’huiles essentielles.
  • Pour d’autres, nous retrouvons ces essences dans les poches sécrétrices schizogènes ou schizolysigènes.
  • Pour le reste, il s’agira d’une sécrétion au niveau des poils sécréteurs ou encore des canaux sécréteurs.

Quelles sont les propriétés physico-chimiques des huiles essentielles ?

Les huiles essentielles possèdent diverses propriétés curatives, thérapeutiques, odorantes, préventives, dans la parfumerie ou encore dans plusieurs domaines. Néanmoins, pour avoir ces activités-là, il faut qu’elles aient des spécificités chimiques et physiques. Les voici :

  • Les huiles essentielles ne peuvent pas être conservées très longtemps. Elles sont facilement oxydables et très altérables.
  • Pour une température ambiante normale, les huiles essentielles sont sous leur forme liquide.
  • Elles sont très odorantes mais surtout volatiles. Les deux caractères sont très liés.
  • Les essences sont généralement incolores ou jaunes. Il n’existe qu’une seule exception et il s’agit d’une huile essentielle bleue à cause de l’azulène présent parmi les autres molécules.
  • Les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l’eau. Néanmoins, elles lui transmettent leur odeur et sont solubles dans les alcools.

Comment peut-on extraire les huiles essentielles ?

L’extraction des huiles essentielles est une tâche très fastidieuse avec un rendement très faible. Néanmoins, ces essences étant très concentrées, il suffit généralement de quelques gouttes pour avoir l’effet escompté.

Pour extraire ces quelques gouttes des plantes, voici comment procéder :

  • L’extraction par entraînement à la vapeur d’eau. Dans ce cas-là, il existe deux méthodes distinctes : l’une consiste en une distillation simple, c’est-à-dire immersion du végétal dans un alambic plein d’eau puis mise à ébullition. L’autre est une distillation à vapeur saturée et dans ce cas, il n’y a pas contact direct entre le végétal et l’eau. La vapeur d’eau est tout simplement injectée à travers la masse végétale.
  • Il existe une autre méthode basée sur l’abrasion de la surface des fruits, comme le citron ou l’orange. On parle ici d’expression à froid ou expression des épicarpes.
  • La 3ème méthode consiste en l’utilisation de gaz supercritiques qui sont des solvants très pratiques, faciles à utiliser et à trouver mais surtout très faciles à renouveler. Pour l’extraction des huiles, c’est le CO2 qui est utilisé.  Cette méthode permet une meilleure pureté de l’huile.
  • Il existe d’autres méthodes moins utilisées comme l’extraction par d’autres solvants volatils, ou encore l’hydrodistillation.